1 résultat

Nanotubes de carbone longs, risques similaires à l’amiante ?

La similarité structurale entre les nanotubes de carbone, cylindres composés d’un feuillet de graphène(*) replié sur lui-même ou enroulé en plusieurs couches concentriques, et les fibres d’amiante, a généré de sérieuses préoccupations quant à leur potentielle toxicité. Ceci a conduit à proposer de stopper l’utilisation de ces nanomatériaux pour différentes applications, y compris dans le domaine biomédical.

L’étude menée par l’équipe d’Alberto Bianco (Laboratoire d’Immunopathologie et Chimie Thérapeutique/ CNRS), le groupe de Kostas Kostarelos (Ecole de Pharmacie, Londres, Royaume-Uni) et de Maurizio Prato (Université de Trieste, Italie) vient de montrer que la réactivité similaire à l’amiante et la pathogénicité qui ont été décrites pour ces longs nanotubes peuvent être totalement atténuées grâce à une fonctionnalisation chimique adéquate qui permet de les désagréger et réduire de manière significative leur longueur qui est à l’origine de cette toxicité.

Les trois équipes ont également montré que le type de fonctionnalisation joue un rôle clef car les groupements fonctionnels sont directement responsables de la dispersibilité des nanotubes. La fonctionnalisation des nanotubes par réaction de cycloaddition 1,3-dipolaire d’ylures d’azomethine permet d’introduire des groupements ammonium aux extrémités et sur les parois des nanotubes, ce qui augmente fortement la dispersion des nanotubes dans les milieux aqueux. C’est l’individualisation des nanotubes qui réduit significativement leur longueur et qui les transforme ainsi en nanomatériaux non-toxiques.

Ce résultat fait renaître l’espoir de pouvoir un jour utiliser des nanotubes de carbone fonctionnalisés pour des applications en thérapie, imagerie et/ou diagnostic.

(*) Le graphène est un monoplan d’atomes de carbone dont l'empilement constitue le graphite.

Référence

Hanene Ali-Boucetta, Antonio Nunes, Raquel Sainz, M. Antonia Herrero, Bowen Tian,
Maurizio Prato, Alberto Bianco, and Kostas Kostarelos
Asbestos-like Pathogenicity of Long Carbon Nanotubes Alleviated by Chemical Functionalization
Angew.Chem. Int. Ed. 14 JAN 2013 | DOI: 10.1002/anie.201207664

Contact chercheur

Alberto Bianco, Institut de Biologie Moléculaire et Cellulaire, Laboratoire d’Immunopathologie et Chimie Thérapeutique – Strasbourg

Courriel : a.bianco@ibmc-cnrs.unistra.fr

Tél : 03 88 41 70 88

Contacts institut

Christophe Cartier dit Moulin, Jonathan Rangapanaiken