1 résultat

Une nouvelle piste pour traiter la maladie de Crohn

Des équipes du Laboratoire d’innovation thérapeutique (CNRS / Université de Strasbourg) et du Baylor University Medical Center (Dallas – USA) viennent de synthétiser un dérivé de produit naturel qui présente de puissants effets anti-inflammatoires dans une variante de la maladie de Crohn développée chez la souris. Ces travaux ouvrent des perspectives prometteuses pour améliorer les traitements encore peu efficaces de cette maladie . Les résultats sont parus dans la revue Inflammatory Bowel Diseases.

La maladie de Crohn qui se manifeste par une forte inflammation chronique de l’intestin touche 4 à 5 personnes sur 100 000 en France. Cette maladie peut induire de violentes douleurs abdominales, des diarrhées avec ou sans saignement ou même des fistules, c’est-à-dire des lésions de la paroi intestinale qui font communiquer anormalement des organes entre eux.
Les patients sont traités par des immunosuppresseurs ou anti-TNF alpha, mais ces traitements sont souvent peu efficaces.

Les causes de cette affection restent encore mal connues, mais l’équipe du Centre médical Baylor à Dallas (USA) ont montré qu’une protéine appelée "prohibitine" est déficiente dans l’intestin des patients souffrant de la maladie de Crohn. Les chercheurs ont également trouvé que l’appauvrissement de cette protéine dans l’intestin suffit à reproduire les symptômes de cette affection.

L’équipe Strasbourgeoise a synthétisé un composé appelé FL3, dérivé de produits naturels appartenant à la pharmacopée chinoise traditionnelle, qui présente de puissants effets anti-inflammatoires dans une variante de la maladie de Crohn développée chez la souris. Ce composé agit en se liant à la prohibitine pour la protéger, bloquer les phénomènes inflammatoires et faciliter la survie des cellules de l’intestin vis-à-vis de l’inflammation. Les plantes dont sont issus ce composé sont également utilisés dans le traitement d’autres maladies inflammatoires.
Ces travaux offrent donc des perspectives prometteuses pour améliorer le traitement d’autres maladies inflammatoires.

Référence

Jie Han, Qian Zhao, Christine Basmadjian, Laurent Désaubry & Arianne L. Theiss

Flavaglines ameliorate experimental colitis and protect against intestinal epithelial cell apoptosis and mitochondrial dysfunction

Inflammatory Bowel Diseases 18 septembre 2015

doi: 10.1097/MIB.0000000000000592

Contacts chercheurs

Arianne L. Theiss, Baylor University Medical Center – Dallas - USA

Courriel : arianne.theiss@baylorhealth.edu

Tél. : (+1) 214-818-3150

Laurent Désaubry, Laboratoire d’innovation thérapeutique - Illkirch

Courriel : desaubry@unistra.fr

Tél. : 03 68 85 41 41

Contacts institut

Christophe Cartier dit Moulin, Jonathan Rangapanaiken