1 résultat

Les récepteurs du mannose-6-phosphate, nouvelles cibles pour les thérapies personnalisées du cancer de la prostate

La thérapie photodynamique(*) est une alternative à la chimio- et à la radiothérapie pour le traitement de petites tumeurs. Les chercheurs viennent d’identifier un nouveau biomarqueur pouvant présenter des applications en nanomédecine. Des chercheurs de l’Institut Charles Gerhardt (CNRS / ENSCM / Université de Montpellier) et de l’Institut des Biomolécules Max Mousseron (CNRS/ Université de Montpellier) ont montré que le ciblage de ce nouveau marqueur pouvait être effectué par des nanoparticules et que la thérapie photodynamique conduisait ensuite à une mort cellulaire efficace. Ces résultats sont parus dans la revue Angewandte Chemie.

Le cancer de la prostate est la tumeur la plus fréquemment diagnostiquée et la seconde cause de décès par cancer chez les hommes. Les options classiques de traitement sont l’ablation de la prostate, le traitement hormonal et la radiation. Les deux dernières options engendrent d’importants effets secondaires.

La détection de ce cancer est actuellement basée sur l’utilisation d’un traitement (sérum PSA) qui présente une faible spécificité, ce qui peut conduire, lors du traitement, à un sur-dosage chez des patients ne présentant qu’une hyperplasie prostatique bénigne. Il y a donc un besoin urgent de nouveaux traitements personnalisés.

Le développement de thérapies du cancer personnalisées et non invasives est un défi majeur de la nanomédecine. Il s’agit de combiner de nouvelles cibles thérapeutiques à des nano-dispositifs. La thérapie photodynamique est une alternative à la chimio- et à la radiothérapie pour le traitement de petites tumeurs. Les chercheurs viennent d’identifier un nouveau biomarqueur pouvant présenter des applications en nanomédecine. En effet, une lectine membranaire, le récepteur cation-indépendant du mannose-6-phosphate (M6PR), est surexprimée dans les lignées et les tissus cellulaires du cancer de la prostate.

Afin de cibler cette lectine de manière efficace, un analogue du mannose-6-phosphate a été synthétisé et greffé sur la surface de nanoparticules de silice mésoporeuse. Ces nanoparticules ont ensuite été utilisées in vivo et in vitro en thérapie photodynamique pour traiter des lignées cellulaires de cancer de la prostate et des cultures cellulaires primaires obtenues à partir de biopsies de patients. Les chercheurs ont montré que le ciblage du nouveau marqueur pouvait être effectué par les nanoparticules et que la thérapie photodynamique conduisait à une mort cellulaire efficace. Les résultats obtenus démontrent l’efficacité du ciblage du M6PR pour l’imagerie et la thérapie du cancer de la prostate. Ce récepteur apparaît donc être une cible prometteuse pour une thérapie non-invasive et personnalisée des tumeurs de la prostate de petite taille.

(*) Elle est basée sur la combinaison de deux facteurs : une molécule photosensibilisante non toxique et une source lumineuse. Cette molécule est capable d’absorber un photon, entraînant une série de réactions causant des dommages irréversibles aux tissus ciblés.

raehm

©Jean-Olivier Durand

Référence

Mannose-6-Phosphate Receptor: ATarget for Theranostics of Prostate Cancer

Vaillant, O., Cheikh, K. E., Warther, D., Brevet, D., Maynadier, M., Bouffard, E., Salgues, F., Jeanjean, A., Puche, P., Mazerolles, C., Maillard, P., Mongin, O., Blanchard-Desce, M., Raehm, L., Rébillard, X., Durand, J.-O., Gary-Bobo, M., Morère, A. and Garcia, M. (2015), Mannose-6-Phosphate Receptor: A Target for Theranostics of Prostate Cancer. Angew. Chem. Int. Ed.

DOI: 10.1002/anie.201500286

Contacts chercheurs

Jean-Olivier Durand, Institut Charles Gerhardt – Montpellier

Courriel : durand@um2.fr

Tél. : 04 67 14 45 01

Laurence Raehm, Institut Charles Gerhardt – Montpellier

Courriel : laurence.raehm@univ-montp2.fr

Tél. : 04 67 14 38 64

Magali Gary-Bobo, Institut des Biomolécules Max Mouseron

Courriel : magali.gary-bobo@inserm.fr

Tél. : 04 11 75 96 17

Contact valorisation (Fist)

Victor Aguilar

Contacts institut

Christophe Cartier dit Moulin, Jonathan Rangapanaiken