La cellule vivante vue comme un moteur liquide

Les cellules vivantes doivent exercer des forces variables sur leur environnement pour garder une forme définie et accomplir leurs fonctions. Grâce à un travail couplant mesures mécaniques à l’échelle de la cellule unique et modélisation, des physiciens montrent que le squelette des cellules possède à la fois les propriétés motrices des muscles et la malléabilité des liquides. Les cellules peuvent ainsi moduler leurs forces et réaliser les déformations extrêmes que l’on observe, par exemple, lors de la formation de l’embryon. Ces travaux ont été publiés dans les Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) .

Lire la suite sur le site de l’Institut des sciences de l’ingénierie et des systèmes (INSIS)


Références : Cells as liquid motors : Mechanosensitivity emerges from collective dynamics of actomyosin cortex, J. Étienne, J. Fouchard, D. Mitrossilis, N. Bufi, P. Durand-Smet, et A. Asnacios, PNAS - 112(9):2740–2745 - Doi : 10.1073/pnas.1417113112

Contact chercheur : Jocelyn Étienne, Laboratoire Interdisciplinaire de Physique (LIPhy)