1 résultat

Le traitement hormonal en début de ménopause renforce l’activité cérébrale

Quelle influence joue le traitement hormonal substitutif en début de ménopause sur l’activité cérébrale liée à la motivation et à la perception du plaisir? Telle est la question que l’équipe de Jean-Claude Dreher s’est posée en s’intéressant à un système cérébral appelé système de récompense. Dans une étude publiée dans la revue Psychoneuroendocrinology, l’équipe démontre, grâce à l’imagerie par résonnance magnétique fonctionnelle, que le traitement hormonal augmente l’activité de ce système chez la femme en début de ménopause.

Il a été proposé que chez les femmes ménopausées le traitement hormonal substitutif pourrait jouer un rôle neuroprotecteur et bénéfique sur les fonctions cognitives si et seulement si le traitement est initié au début de ménopause. Voilà pourquoi les femmes sélectionnées pour l’étude menée par l’équipe de Jean-Claude Dreher se trouvaient juste en début de ménopause (de 7,5 à 10 mois sans menstruation).

L’activité cérébrale des femmes a été mesurée deux fois en IRM fonctionnelle: lorsque celles-ci étaient sous traitement hormonal et lorsqu’elles étaient sous placebo. À chaque passage dans l'IRM, des machines à sous virtuelles, présentant des chances de gagner différentes, étaient présentées sur un écran (le but de la présentation de ces machines étant d’activer leur système de récompense). Il y avait une réelle récompense à la clé puisque les femmes gagnaient une somme d’argent proportionnelle à leurs gains avec les machines à sous. Les résultats de cette étude montrent que le traitement hormonal substitutif, comparativement au placebo, augmente l’activité du striatum et du cortex préfrontal ventromédial. Ces deux régions du système de récompense ont vu leur activité augmenter respectivement durant l’anticipation des récompenses (phase d’attente des récompenses), et durant de la phase de réception des récompenses (obtention des gains monétaires). Ces résultats démontrent donc une réactivité accrue du système de récompense sous traitement hormonal substitutif.

Cette étude montre l’existence d’effets positifs de l’administration précoce du traitement hormonal substitutif sur le fonctionnement cérébral en début de ménopause. En permettant de stimuler des activités cérébrales du système de récompense ayant naturellement tendance à décliner à la ménopause, ces résultats établissent une fondation neurobiologique pour comprendre l’impact neurofonctionnel du traitement hormonal sur la motivation et la perception du plaisir chez les femmes en début de ménopause.


Figure : Effet du traitement hormonal substitutif sur l’activité cérébrale au moment d’un gain monétaire. La région ventromédiale du cortex préfrontal est d’avantage activée lors d’un gain monétaire dans un jeu de machines à sous lorsque les femmes récemment ménopausées sont sous traitement hormonal par rapport à un placebo.

© JC.Dreher

Références :

  • Hormonal Treatment Increases the Response of the Reward System at the Menopause Transition: a Counterbalanced Randomized Placebo-controlled fMRI study.
    Julie Thomas, Elise Météreau, Henri Déchaud, Michel Pugeat, Jean-Claude Dreher. Psychoneuroendocrinology
    DOI:10.1016/j.psyneuen.2014.08.012.
  • http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0306453014003187

Contact chercheur

  • Jean-Claude Dreher
    Centre de Neurosciences Cognitives
    CNRS UMR 5229
    67 Bd Pinel
    69675 Bron, France
    Tél: 04 37 91 12 38