Création d'un laboratoire international associé franco-chinois en physique des particules

Une étude internationale, conduite par des chercheurs du laboratoire « Biocomplexité des écosystèmes coralliens de l'Indo-Pacifique » (IRD), du laboratoire « Ecologie des systèmes marins côtiers » (UMR CNRS/IRD/ Universités Montpellier 1 et 2/Ifremer), en partenariat avec le Centre d'excellence pour l'étude des récifs coralliens (Australie) et le Secrétariat général de la Communauté du Pacifique (Nouméa), révèle pour la première fois les effets des activités humaines sur l'ensemble des facettes de la diversité des communautés de poissons coralliens du Pacifique Sud. Les scientifiques ont montré que la densité de population humaine avait un impact plus fort sur la diversité fonctionnelle et phylogénétique que sur la richesse en espèces. Ainsi, au-delà de la perte d'espèces, l'Homme réduit considérablement la diversité des fonctions assurées par les communautés de poissons ainsi que la richesse de leur histoire évolutive. Ces résultats, qui soulignent l'impact de l'homme sur l'arbre de vie, sont publiés le 20 février 2014 dans la revue Current Biology.

La création du France-China Particle Physics Laboratory (FCPPL) s'inscrit dans le cadre d'une stratégie globale de l'IN2P3 du CNRS(1) qui depuis deux ans renforce ses liens avec différents pays d'Asie : Japon, Corée, Vietnam et en particulier la Chine qui connaît un développement fort de sa recherche. La collaboration franco-chinoise en physique des particules, astroparticules et cosmologie concerne aujourd'hui plusieurs dizaines de scientifiques dans chaque pays.

Dès 1988, l'un des meilleurs physiciens des particules français, Michel Davier (Université Paris Sud 11 /CNRS), membre de l'Académie des sciences, a contribué à la mise au point du collisionneur BEPC à Pékin. Cette collaboration est toujours active dans le cadre du nouveau spectromètre chinois BESIII. Depuis deux ans et en vue du démarrage fin 2007 du plus grand collisionneur de particules du monde, le grand collisionneur de hadrons (LHC, Large hadron collider) du Cern, de nombreux chercheurs français (IN2P3-CNRS) et chinois ont développé des échanges. Par ailleurs, ils ont collaboré ensemble à la réalisation de la Grille de calcul, un outil technologique de la plus haute importance qui sera utilisé au LHC mais dont les domaines d'application vont au-delà de la physique des particules.

D'autres collaborations concernent la matière noire, l'Univers sombre, les sursauts gamma avec l'expérience spatiale franco-chinoise SVOM au sein de laquelle CNRS et CEA rejoignent, entre autres partenaires chinois, l'Académie des sciences de Chine. Les chercheurs chinois sont également de plus en plus impliqués dans le projet d'un futur accélérateur de particules, le collisionneur linéaire international.

L'objectif du France-China Particle Physics Laboratory est de développer la coopération entre les deux pays dans le domaine de la physique des particules, astroparticules, accélérateurs, et les technologies associées. La convention définit un cadre permettant la constitution d'une véritable communauté scientifique franco-chinoise, avec une co-direction, un comité de pilotage conjoint, l'organisation de colloques réguliers. Alors que de nombreux chercheurs chinois ont déjà été accueillis dans les laboratoires français, ce laboratoire international associé favorisera également la venue de chercheurs français en Chine.

La plupart des laboratoires de physique des particules de l'IN2P3 participent à la démarche, tant les collaborations avec la Chine se sont développées ces dernières années. Par ailleurs, le laboratoire de recherches sur les lois fondamentales de l'Univers du CEA, le Dapnia, a rejoint cette initiative. La création de ce LIA commence sous les meilleurs auspices car, outre qu'elle est une action concertée de tous les acteurs français de physique des hautes énergies, elle permet de regrouper symétriquement les principaux acteurs du domaine en Chine, de l'Académie des sciences comme des universités.


Notes :

1) Institut national de physique nucléaire et physique des particules

Contacts :

Chercheur IN2P3/CNRS
Lydia Roos, co-directrice du FCPPL
T +86 10 88 23 35 00
lroos@lpnhe.in2p3.fr

Communication IN2P3
Alain de Bellefon
T 01 44 96 47 51
bellefon@in2p3.fr

Presse CNRS
Martine Hasler
T 01 44 96 46 35
martine.hasler@cnrs-dir.fr

Presse CEA
Delphine Kaczmarek
T 01 64 50 20 97
delphine.kaczmarek@cea.fr