EuroVotePlus : testez en ligne un nouveau système électoral lors des élections européennes

Un système électoral regroupe l'ensemble des règles organisant les élections. Lors d'une élection européenne, une règle est commune à tous les pays : la représentation doit être de type proportionnel, c'est-à-dire accordant aux listes candidates un nombre d'élus proportionnel au nombre de suffrages obtenu par chacune d'elles. Cependant chaque pays est libre de décider de certains aspects importants de la procédure.

Le site du projet EuroVotePlus propose de tester trois systèmes électoraux représentatifs de ceux utilisés en Europe. Tout d'abord, le système français (aussi utilisé en Espagne et en Allemagne) qui est basé sur des listes « fermées » : les électeurs votent pour l'ensemble de la liste et non pour des candidats spécifiques. Les sièges sont attribués à une liste en fonction du nombre de voix qu'elle a obtenue et distribués suivant l'ordre des candidats dans la liste. Le site présente également le cas de la Lettonie, l'exemple le plus caractéristique des systèmes à liste « ouverte » majoritairement utilisés en Europe : les électeurs indiquent leur soutien à un ou plusieurs candidats qu'ils choisissent dans une même liste. Les sièges attribués sont répartis entre les candidats en fonction du nombre de support individuel qu'ils ont récolté. Le Luxembourg de son côté est le seul pays à utiliser un système de liste « ouverte avec panachage et vote cumulatif » : les électeurs disposent de plusieurs votes (le même nombre que de sièges à pourvoir) qu'ils peuvent utiliser pour soutenir les candidats dans une ou plusieurs listes. Dans un système avec vote cumulatif, les électeurs peuvent donner plusieurs votes à un même candidat.

L'équipe du projet EuroVotePlus propose également aux internautes de tester une réforme envisageable du système électoral et applicable à toute l'Europe qui permet aux électeurs de voter pour des députés de n'importe quelle nationalité européenne, en complément de ceux déjà élus par les citoyens de leurs pays, grâce à la création d'une circonscription additionnelle pan-européenne. Aujourd'hui, le parlement européen rassemble sept groupes politiques, constitués de députés de différents partis politiquement proches les uns des autres, et élus dans leurs pays respectifs. Pour créer expérimentalement les sept listes correspondant au système électoral à représentation proportionnelle, dix membres de chacun des sept groupes actuels seront choisis aléatoirement à chaque visite d'un internaute sur le site du projet. Sept listes uniques de dix candidats chacune seront ainsi élaborées. Les internautes volontaires pourront voter de façon totalement anonyme pour ces candidats selon chacun des trois modes de scrutin décrits précédemment.

Les premiers résultats de ce projet, qui fait suite à l'expérience menée en France lors des élections présidentielles de 2012 (http://voteaupluriel.org), seront publiés sur le site Internet peu après la fin des élections. Ils permettront aux chercheurs de connaître et comprendre les différents comportements de vote, de réunir des opinions sur les procédures de vote en Europe (par exemple savoir si les électeurs sont favorables ou non à la création d'une circonscription pan-européenne) et enfin d'informer le public sur le processus d'élection des membres du Parlement européen.

Cette expérience est notamment soutenue par le projet international « Making Electoral Democracy Work » (http://electoraldemocracy.com), le CNRS, l'ENS, Paris School of Economics et Toulouse School of Economics et par le Pôle de recherche en économie et gestion de l'École polytechnique (CNRS/ École polytechnique) pour la création et la gestion du site Internet.

Flyer EuroVotePlus


Notes :

1Jean-François Laslier, directeur de recherche CNRS au laboratoire « Paris Jourdan sciences économiques » (CNRS/EHESS/ENS/École des Ponts ParisTech/Inra) qui fait partie de Paris School of Economics, Karine Van der Straeten, directrice de recherche CNRS au « Groupe de recherche en économie mathématique et quantitative » (CNRS/université Toulouse 1 Capitole/Inra/EHESS) l'un des laboratoires de Toulouse School of Economics.
2André Blais, professeur au département de science politique de l'université de Montréal ; Sona Golder, professeure au département de science politique de l'université de Pennsylvanie ; Laura Stephenson, professeure au département de science politique de l'université de l'Ontario.

Contacts :

Chercheur CNRS l Jean-François Laslier l T 01 43 13 63 00 l jean-francois.laslier@ens.fr
Presse CNRS l Alexiane Agullo l T 01 44 96 43 90 l alexiane.agullo@cnrs-dir.fr